Phases et durée du traitement

La procédure standard lorsqu'un patient arrive à votre clinique dentaire consiste à réaliser un diagnostic du patient pour pouvoir élaborer par la suite une proposition de traitement. Ce chapitre explique dans le détail ces étapes et les conditions à prendre en compte en préopératoire et en postopératoire.

1. Examen et diagnostic

La première visite auprès d'une clinique pour envisager la réalisation d'un traitement par implants ouvre un historique clinique avec une exploration complète de la bouche, et inclut plusieurs relevés d'images (radiographies, TAC, scanner...). Des empreintes d'étude en plâtre seront effectuées par la suite. Toutes ces informations permettent de planifier la chirurgie grâce à un programme informatique qui fournit un diagnostic très rapproché de la situation et une simulation numérique de l'intervention chirurgicale à effectuer. De même, le spécialiste évaluera la nécessité d'effectuer des tests complémentaires (par ex. une étude analytique préopératoire, le taux d'INR, le niveau de glycémie).

2. Chirurgie

Le plasma riche en facteurs de croissance est utilisé pour améliorer la cicatrisation des tissus mous (gencives) et la formation d'os autour des implants, et agit également sur les défauts osseux que peuvent présenter les maxillaires.

Première phase chirurgicale

Cette première intervention posera les implants dans l'os (maxillaire ou mandibulaire). Une fois mis en place, les implants restent ancrés dans l'os en attendant le temps nécessaire à l'ostéointégration (environ 3 mois pour la mandibule et 4-5 mois pour le maxillaire supérieur) et sont recouverts par la gencive.

En cas de résorption ou perte extrême d'os, cette première phase chirurgicale peut être répartie en deux sous-étapes. La première pour la mise en place de greffons d'os ou d'implants expanseurs de crête qui nous permettront de regagner une partie de l'os perdu, et la seconde pour la mise en place des implants qui constitueront la base de la future réhabilitation.

Le postopératoire n'est pas douloureux. Il est possible que le visage et la zone concernée soient légèrement enflammés le lendemain ou présentent un hématome (pendant 7 à 10 jours).

Lors de cette phase il est important :

  • De prendre les médicaments prescrits par le chirurgien.
  • De mettre de la glace ou un pack de gel froid sur la zone concernée, du côté extérieur du visage.
  • Une alimentation liquide ou molle en fonction des indications du spécialiste (omelettes, purées, etc.). Ne jamais manger de sandwichs ou des fruits secs.
  • Ne pas toucher avec la langue la zone d'intervention.
  • Ne pas fumer ou consommer de l'alcool.
  • Il n'est pas conseillé de pratiquer un sport pendant ces journées, notamment un sport de contact ou d'impact.

Deuxième phase chirurgicale.

Après une période d'environ 3 à 4 mois (elle varie en fonction de l'emplacement de l'implant et du type d'os sur lequel il repose), nous pouvons commencer la deuxième phase chirurgicale. Cette intervention est minime et consiste à pratiquer un petit orifice dans la gencive pour relier les implants qui se trouvent dans l'os avec la cavité orale. Pour réaliser cette liaison nous vissons sur l'implant un ajout en titane dénommé pilier de cicatrisation. Il s'agit d'une étape intermédiaire pour pouvoir mettre en place la prothèse définitive ou couronne.

Cette intervention ne nécessite qu'une anesthésie locale et il peut être nécessaire d'effectuer quelques points de suture. Elle dure normalement moins d'une heure, en fonction du nombre d'implants. Une radiographie est prise et parfois une mesure pour élaborer la prothèse provisoire.

3. Mise en place de la prothèse

15 à 20 jours environ après la mise en place des piliers de cicatrisation, la prothèse provisoire peut être mise en place sur les implants. La procédure est simple et consiste essentiellement dans le remplacement du pilier de cicatrisation par une couronne ou prothèse (dents provisoires). Cette étape ne requiert habituellement pas d'anesthésie.

Charge immédiate (dents le jour même)

Lors d'une étude de cas, il est parfois possible de trouver un os de très bonne qualité, qui permette un ancrage correct des implants mis en place lors de la chirurgie. Dans ces situations, une prothèse provisoire pourra être mise en place sur les implants de manière immédiate ou seulement quelques heures ou quelques jours après l'intervention. Cette prothèse apportera une esthétique correcte avec une dentition provisoire pendant les mois où les implants poursuivent leur ostéointégration. Avec toutefois certaines limites fonctionnelles puisque lors de cette période, le patient doit suivre un régime mou et ne pas manger d'aliments durs ou qui doivent être coupés par les dents (fruits secs, sandwichs, viandes rouges, etc.).

4. Contrôles périodiques. Maintenance

Après la fin du traitement, il est essentiel que le patient suive une série de règles qui influenceront directement sa durée :

  • Un brossage correct et quotidien des dents après chaque repas.
  • L'utilisation d'un fil ou soie dentaire et des brossettes interproximales.
  • Ne pas fumer.
  • Respecter les rendez-vous programmés de contrôle périodique.

Chaque patient doit disposer d'une carte de maintenance comportant les données techniques sur le type de prothèse qu'il porte et la date de son dernier rendez-vous ainsi que la prochaine révision.

 

Vous souhaitez nous contacter ?

Contact